La milice d'Ennahdha opère dans l'impunité, Etat de droit vous dîtes ?


Les milices d'ennahdha (parti au pouvoir en Tunisie) font la loi à plusieurs reprises dans des endroits stratégiques et symboliques à Tunis. 

Le 14 janvier 2012, jour de célébration du premier anniversaire de la chute du dictateur (l'ex président Ben Ali), les miliciens sympathisants d'ennahdha occupaient les lieux devant le ministère de l'intérieur à l'avenue Habib Bourguiba pour empêcher le reste des citoyens d'approcher ce lieu symbolique, ils se sont mis à dégager par la force les citoyens rassemblés devant le théâtre municipal de Tunis : l'objectif étant d'occuper la rue sans partage dans une démonstration de force et s'opposer le cas échéant à toute voix exprimant son mécontentement contre la visite de l'émir du Qatar en Tunisie. Ceci est une violation informelle de la liberté d'expression, de manifestation et de groupement.

Depuis dimanche 15 janvier 2012, la milice d'ennahdha a réussi à encercler quelques sitinneurs venus de Regeb pour réclamer la justice pour leurs proches assassinés lors de la répression meurtrière entreprise par la police de Ben Ali au début de janvier 2011. Les miliciens d'ennahdha ont empêché par la force, insultes ... les représentants de la Ligue Tunisienne des Droits de l'Homme (LTDH) ainsi que des représentantes de l'Association Tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD), de rejoindre les sitinneurs en les traitant de RCDistes, orphelins de Ben Ali, intrus ...  vidéo à l'appui
La LTDH n'a pas manqué de mettre en garde contre ces agissements criminels dans un communiqué publié le 13 janvier 2012 par la TAP.

Ces actes de séquestration des sitinneurs et de violation de la liberté de circulation à l'égard des sympathisants se déroulent sous les yeux et sous la fenêtre du chef du gouvernement hammadi jebali qui, de part ses attributions, est le seul habilité à intervenir en sa qualité de commandeur de la force public conformément à la loi d'organisation provisoire des pouvoirs publics (ART 18).

A rappeler que la liberté de circulation dans le pays était garantie dans la constitution de 1959, elle demeure intacte aujourd'hui grâce à l'article 12 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (1966) ratifié par la Tunisie : " article 12 : 1. Quiconque se trouve légalement sur le territoire d'un Etat a le droit d'y circuler librement et d'y choisir librement sa résidence."

Hammadi jebali se doit aussi de garantir aux associations telles que la LTDH et l'AFD la pleine jouissance de leurs droits reconnus par le décret-loi n°88 relatif aux associations qui dispose dans son article 7 que l'Etat prendra toutes les dispositions nécessaires garantissant à toute personne la protection des prérogatives qui lui sont reconnues contre toute violence, menace, représailles, ségrégation de fait comme de droit ou tout autre mesure abusive en relation avec l'exercice légitime des droits énoncés dans ce décret-loi.

الفصل 7 ـ تتخذ الدولة جميع التدابير اللازمة التي تكفل لكل شخص حماية السلطات المختصة له من أي عنف أو تهديد أو انتقام أو تمييز ضار فعلا أو قانونا أو ضغط أو أي إجراء تعسفي آخر نتيجة لممارسته المشروعة للحقوق المشار إليها في هذا المرسوم.

Le feuilleton de l'impunité des miliciens d'ennahdha ne cesse de semer les victimes en passant, aujourd'hui 16 janvier 2012 des dizaines d'inconnus ont envahi la faculté des lettres de Sousse et ont pris pour cible de leurs agressions les étudiants de la faculté et notamment les syndicalistes de l'Union Générale des Etudiants Tunisiens. photos à l'appui :  étudiante agressée à la faculté des lettres de sousse aussi cette vidéo prise à la faculté de sousse .


رابعة خوجة طالبة مرسّمة بالسنة ثالثة فرنسية و مناضلة بالاتحاد العام لطلبة توس تمّ الإعتداء عليها من قبل الطلبة الإسلاميين و من ساندهم في إقتحام الحرم الجامعي هذا اليوم 16 جانفي
2012
Gens d'ennahdha l'hypocrite : vous ne me choquez pas, ayez la décence de reconnaître que vous n'avez pas le courage d'utiliser la force publique contre le peuple, admettez que vous avez opté pour un choix de lâches en faisant appel à une horde de miliciens incultes, c'est malheureux de vous voir finir encore et encore par nier le commandement de ces voyous, vous l'avez fait lors du sit-in du Bardo, vous le faites toujours... ZABA avait l'audace et la décence d'utiliser illégalement la force publique, la police politique pour contrer ses opposants, il a choisi l'uniforme lui, alors que vous ... vous êtes  toujours au stade de la milice, le bras armé informel ... des manoeuvres anachroniquement à la marge de l'histoire, lâches et dignes d'un malheureux régime fasciste sans foi ni loi.

2 Responses to La milice d'Ennahdha opère dans l'impunité, Etat de droit vous dîtes ?

  1. J'aimerais comprendre pourquoi dès lors ou un deplacement, un rassemblement ou une visite d'une delegation étrangère les islamistes Ennahdha sont pris pour cible...Alors qu'ils ont été élu démocratiquement ils ont rien volés c'est tout a fait normal qu'ils organisent un carré de sécurité devant les sites symbolmiques, il est temps d'arreter de se victimiser et de laisser notre nouveau président MR MARZOUKI faire du mieux qu'il peut de relevé la Tunisie comme on sait bien faire et de se mobilisé tous derrière un chef d'etat...
    Vous voulez quoi un nouveau coup d'etat?
    Bah non les blogs et autre reseaux sociaux vous descrédite de jour en jour alors laisser faire et cela ce fera naturellement aux prochaine elections dans les urnes...
    Un bon entendeurs je vous salut!

  2. merci pour votre commentaire, la multitude d'opinions n'est point nocive à la construction démocratique sur des bases solides. je critique ennahdha pour son approche archaïque du pouvoir, de liberté d'expression .... je ne rate pas souvent les gaffes des partis, tous les partis ayant un poids sur la prise de décision. désormais, la Tunisie sera comme ça, libre et plurielle sinon, il faudra réécrire l'histoire de cette révolution à l'état embryonnaire. il n'y a rien de personnel, c'est uniquement une expression de la liberté d'expression, la liberté de ne pas être contraint de dire oui comme sous zaba. les gens ne font que passer, l'état demeure...

Leave a Reply